Fév 212013
 

En attendant que sa tante soit enfin prête (ouais, je ne suis pas un modèle de rapidité, on le sait, et puis, le matin, hein, même si c’est à midi, c’est pas mon truc), Milo fait des essais acoustiques sur son guitalélé (la guitare, c’est pour faire comme son tonton chéridamouraimtrèfort) :

IMG_2182

clic sur l’image pour avoir le mouvement

Enfin prête, on part pour le Klementinum et Musée de l’alchimie.

Le Klementinum c’est entre Mariánské náměstí et Karlova, ici. Nous y sommes déjà allé en 2007 et Fred avait été très impressionné et souhaitait y retourner. C’est un lieux religieux vieux de près de 8 siècles, essentiellement actif et connu pour les travaux intellectuels qui y ont été effectués par les jésuites. Vous trouverez tout ce qu’il y a à savoir sur ce monuments sur le site de praguewelcome.cz (je copie/colle les parties qui m’intéresse pour la suite de l’article).

La visite comprend essentiellement la bibliothèque baroque et l’observatoire astronomique, deux preuves de la richesse intellectuelle et technique des jésuites (attention, c’est bien une constatation, non du prosélytisme, je vous rappelle que j’ai fait mon apostasie).

La bibliothèque baroque :

Klementinumsource : toptravellists.net

La bibliothèque de style baroque est la plus belle salle du Clementinum. Elle est construite en 1722 par Kilián Ignác Dientzenhofer et est décorée de fresques dont les sujets sont les sciences et les arts. (…). Selon la légende, les jésuites avaient à leur arrivée à Prague un seul livre mais ils possédaient 20 000 volumes quand ils ont terminé la construction de la bibliothèque. Suite à la disparition du collège jésuite en 1773, le séminaire archiépiscopal et une partie de l’université de Prague et sa bibliothèque impériale sont installés dans ces locaux. Dès 1777, le public avait accès à la bibliothèque en tant que bibliothèque publique et universitaire C. k. (impériale et royale). Les collections de la bibliothèque ont grandi très vite. A partir de 1782, tous les imprimeurs de Prague devaient donner à la bibliothèque un exemplaire de leurs livres, cette obligation s’est étendue après 25 ans sur tout le territoire de la Bohême.
 La bibliothèque existe aujourd’hui sous le nom de Bibliothèque nationale et possède plus de 6 millions de livres. Elle détient le Code de Vyšehrad (Vyšehradský kodex), le livre le plus ancien, le livre Chronique de Dalimil (Dalimilova kronika) en édition de poche mais aussi de nombreux autres livres précieux dans les domaines de la doctrine, hermétisme, numérologie, etc.

C’est effectivement magnifique et très impressionnant. Les globes qu’on voit sur la photo sont également l’oeuvre des jésuites et des différents savants du Klementinum. Cependant, je trouve que les bibliothèques de Strahov sont encore mieux, et je préfère d’ailleurs Strahovský klášter que le Klementinum. J’ai consacré une partie d’article à ce sujet il y a 4 ans.

L’autre intérêt du Klementinum est donc l’observatoire astronomique : “L’observatoire astronomique se dresse au-dessus des bâtiments du Clementinum. Son bâtisseur n’est pas clairement identifié, peut-être František Maxmilián Kaňka, Kilián Ignác Dientzenhofer ou Anselmo Lurago. La tour atteint une hauteur de 52 m et un escalier raide de 172 marches en colimaçon mène à son sommet. (…). L’histoire de la tour est étroitement liée à celle de l’enseignement universitaire dans lequel les mathématiques et l’astronomie jouaient un rôle important. Les ouvrages imprimés ou manuscrits d’astronomes universitaires et conservés dans la bibliothèque du Clementinum prouvent le haut niveau atteint à l’époque par ces disciplines. Des observations et les mesures astronomiques et climatiques commencent ici autour des années 1750 et la tour est alors équipée d’instruments d’astronomie. Le directeur de l’observatoire Josef Stepling et le mécanicien Jan Klein ont grandement participé au développement de l’astronomie. Antonín Strnad a commencé en 1775 l’enregistrement systématique des mesures météorologiques et climatiques, enregistrement qui se poursuit encore aujourd’hui. (…). Depuis 1842, l’heure de midi est annoncée depuis le Clementinum par un mouvement de drapeau, accompagné dans les années 1891 et de 1926 à 1928 par une salve de canon tirée depuis Hradčany. Après 1928, les observations astronomiques ont été réalisées à partir d’un nouvel observatoire situé à Ondřejov. Le service d’annonce de l’heure est resté dans cette tour jusqu’à l’occupation et, depuis 1926, le Clementinum émet le signal radio des émissions de Radiožurnál.

De style baroque, la Salle du méridien, où étaient faits les mesures et les calculs, est située au-dessus de la bibliothèque. La salle abrite des appareils d’astronomie et une corde représentant le méridien de Prague et placée de manière plus précise que celle de la Place de la Vieille Ville. 65 marches en bois mènent de la Salle du méridien vers la galerie de l’observatoire.

Au dessus de cette salle, il y a encore deux salles et de nombreux escaliers (un peu angoissants à descendre), mais la montée jusqu’au “balcon” de la tour offre le plus beau panorama sur Prague, de tous ceux que nous avons pu voir, à mon avis (en 2007, le guide était plus intéressant et la visite plus complète en info, mais nous n’avions pas pu aller tout en haut de la tour).

IMG_2203de g. à d. : Église St Nicolas (chrám svatého Mikuláše), Notre-Dame de Týn (Chrám Panny Marie před Týnem), et tour de l’hôtel de ville (celle de l’horloge astronomique (Pražský orloj)). CLIC pour voir une autre photo

IMG_2208y’avait du vent

IMG_2211

IMG_2205le château (Pražský hrad) (clic pour voir en grand)

Sur les conseils de notre amie Magda, nous avons cherché à visiter ensuite la bibliothèque universitaire du Klementinum, mais on a pas trouvé, ou alors l’accès était interdit. Cependant, vous verrez quelques photos ici, de quoi nous faire regretter de ne pas avoir pu la visiter !

Nous avons ensuite filé vers le musée de l’alchimie (Prague est un lieu très réputé des alchimistes, d’où la grande fréquence de l’adjectif “doré” et ses variantes dans le vocabulaire pragois). (c’est ici).

IMG_2218ça vous la coupe, hein, mais là on fait bouger les planètes à la seule force de la pensée AHAHAHAHAH (perso, j’essaie de comprendre comment ça marche et j’y pige que dalle, pendant que le petit maître du monde aligne les planètes comme qui rigole : “les petites avec les petites et les grosses avec les grosses, Tata”)

Ce musée est composé de deux salles en RDC et d’un grenier en haut d’une tour. On a commencé par le RDC, qui est probablement passionnant quand on a le temps de lire toute l’histoire de l’alchimie et des alchimistes à Prague, et de leur pote Rudolf II ; ce qui n’est pas le cas avec un enfant de 5 ans. Donc, pour moi cette partie est restée assez décevante (surtout vu le prix pour le coût/coup PROHIBITIF ! toutes choses égales par ailleurs, etc… etc…). Bon, j’ai bien aimé l’étalage de flacons pour l’aspect  esthétique :

IMG_2224

Ensuite, on grimpe à la tour et dans le grenier qui reproduit un laboratoire d’alchimiste et c’est vrai qu’il y a de quoi s’occuper les yeux ! Malheureusement les quelques trucs interactifs ne fonctionnent pas (cassés).

IMG_2233

IMG_2246

IMG_2245

Quelques lignes sur l’alchimie à Prague : ici et .

On ressort pour aller prendre un goûter dans un salon de thé, et retour à la maison. Milo vous dit ce qu’il pense de sa journée :

IMG_2249

IMG_2250

IMG_2251

 

IMG_2252

IMG_2254

IMG_2255

IMG_2256

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)

%d blogueurs aiment cette page :