Juil 302008
 

Lilou aussi à ses invités il faut croire. Mais celui-ci n’est pas le même que la dernière fois, il est beaucup plus petit, ce qui est  un tant soit peu inquiétant. Bon par contre, il est dans la cage d’escalier,
pas dans la maison. Naya dira sûrement que cela siginifie qu’on en a au moins deux !

Lérot_le retour-1Une bien belle bête, c’pas ?

le face à face des titans : l’un qui a le bénéfice de la taille,  l’autre de l’agilité et de la rapidité. À vrai dire, c’est plutôt, David contre Goliath.

Lérot_le retour-7

Il faut bien imaginer le lérot aggripé tout en haut d’un mur, et dans n’importe quelle position, même la tête en bas.

Lérot_le retour-2

J’ai essayé de l’attraper, sans succès, c’est vraiment très rapide. Lilou a passé des heures à le guetter, mais il semblerait qu’il ai fini par réussir à se sauver et se cacher.
La minette n’a eu de cesse de venir me prévenir toute les heures qu’il y avait une bestiole sur son territoire. elle me fait trop craquer quand elle agit comme ça.

Juil 222008
 

À force de traîner dans mes culottes sales, ça devait bien finir par arriver :

 

 

Juil 102008
 

ENFIN !
Ça été beaucoup de boulot pour Fred. Un petit pêle-mêle avant/après histoire de vous donner une idée de l’ampleur de la tâche :

avant
Je me demande encore comment on a pu penser à l’époque que cet appart valait quelque
chose…

après

Cosy isn’t it ?

Ça nous a pris près de 1 an et demi, mais parce que cela c’est fait en plusieurs étapes, entre lesquelles on faisait autre chose (la chambre, la salle de bains, …).

Ça a d’abord commencé par la création d’un nouveau soutènement. Auparavant, cet espace était caché, et servait de débarras, accessible par un escalier escamotable. Le “plancher” consistait en des plaques de contreplaqués cachées par un faux-plafond et recouvertes de laine de verre pour l’isolation :

haut escalier - copie

Cela n’était pas suffisant pour supporter le poids d’une mezzanine devant accueillir un couchage et des rangements. Il a donc fallu rajouter des poutres de soutènement, des poutres puis des solives et enfin refaire un plancher, qui sert aussi de plafond. Le tout en chêne, du coin :

DSCF0699

DSCF1080

DSCF1105

Soutènement, poutres, solives et plancher vu du dessous

 

Ensuite, installation de l’escalier en remplacement de l’échelle de meunier :

DSCF1625Escalier japonais ou “à pas décalés”. Un peu casse gueule quand on fait pas attention

Pour comprendre l’agencement, un petit plan des lieux : à gauche en montant les escaliers, le coin couchage, à droite, le coin rangements.

plan

Après l’escalier, il a fallu tout refaire là-haut : isolation, coffrage, électricité,…
Voici les étapes d’abord à droite, puis à gauche, sachant que tout a été fait simultanément, mais les images sont plus explicites quand on peut comparer.

DROITE AVANT

droite

DROITE PENDANT
droite2enlèvement des plaques de contreplaqués et de la laine de verre
droite1
velux, électricité et coffrage

 

DROITE APRÈS

droite3

GAUCHE AVANT


gauche
GAUCHE PENDANT

gauche1
chauffe-eau1
isolation chanvre et plaque de bois, velux

chauffe-eau3coffrage
gauche4
électricité

GAUCHE APRÈS
chauffe-eau1
coin chauffe-eau

Ouf… Pari gagné mais juste, J-1 avant l’arrivée de K. qui vient plusieurs semaines s’occuper de Lilou.


Pour ce qui est des matériaux utilisés :

  • isolation chanvre et chanvre + plaques de bois sur la pente de toit exposée au nord
  • coffrage classique en BA13 *bois de structure en chêne acheté en scierie à proximité d’Orléans, provenant de forêts de la région.
  • le plancher, en chêne, a été acheté tout fait, également en scierie et provient de forêt de la région
  • traitement du bois de structure au borate de sodium (sel de bore)
  • vitrification du plancher à l’huile dure. Là, on rencontre un problème. Pour protéger le bois pendant les travaux, le plancher a été d’abord vitrifié, mais cela n’a pas empêché qu’il prenne la poussière et en est maintenant incrusté. De plus à force de circuler, plié en 4 avec les outils, les caisses à ranger etc…, il est rayé à plusieurs endroit. Bref, il faudrait reponcer et revitrifier (ce qu’on ne fera pas, la poussière de chantier ça commence à bien faire) ou alors il aurait peut-être fallu faire ça seulement à la fin. Tout faire sans plancher et poser ce dernier en dernier, n’était pas envisageable.
  • peintures écolo natura et biopin
  • pour la petite partie en colombage, à gauche, enduit à la chaux.

Voilà. On vous attend. C’est votre chambre.

Juil 022008
 
J’ai reçu une colis surprise de plumes, de la part de tonton Mousty. Il est trop cool tonton.
 DSCF3483
voyons voir si la commande est réglo
 DSCF3481
ça a bon goût le piaf, mais je préfère les chauves-souris quand même.

Enfin, il faisait le malin tonton Mousty l’autre jour, mais d’une en ville on a guère que les pigeons pour nous fournir en piumes, deux, quand on voit la taille des piumes belges, c’est un peu facile.

Merci, ma logeuse elle est contente, en plus y’avait même de la lecture rien que pour elle.
Maintenant elle va pouvoir faire plein de jouets pour les autres chats. J’me demande bien ce qu’elle leur trouve d’ailleurs.
sPatteLoute1
Juil 012008
 
Il m’arrive vraiment des trucs trop DINGUES tous les jours.
Contrairement à toute attente et pour ma plus grande joie, la rechute de maladie pro est reconnue par la sécu. Elle n’a pas attendu la totalité du délai de 3 mois ni repoussé des 3 mois supplémentaire pour me le dire.
Bon, c’est un peu tard, parce que les soins, je les ai déjà eu et j’ai dû avancer l’argent, mais je devrais au moins pouvoir récupérer un peu d’indemnités. Car oui, il faut savoir, qu’être en arrêt maladie parce que vous êtes bêtement malade, c’est différent que de l’être quand vous êtes victime d’une maladie pro ou d’un accident du travail. Vous êtes dans le même état, tout aussi incapable d’assurer votre subsistance, mais dans le premier cas, vous avez moins d’indemnités. (dans la majorité des cas ça se voit pas parce que l’employeur pallie à ce problème, mais quand même).
%d blogueurs aiment cette page :