Déc 022011
 

Au marché, très peu de clients ce soir. Tom était avec nous presque dès le début (la première personne non commerçante à arriver sur les lieux en fait ; et c’était même pas un client !).

Après 10 minutes sans âme qui vive, on se fait la réflexion que l’attente commence à se faire sentir :

“Parce que, Tata, il faut quand même vendre des légumes. Parce que tu travailles tellement, alors, euh, hein, si après tu n’as pas d’argent !!”

(je soupçonne cet enfant de calculer la rentabilité de notre affaire à des fin personnelles)

%d blogueurs aiment cette page :