Grâce à ma radio préférée, j’ai découvert ce matin le site du consottisier, de Marie-Dominique Arrighi.
On y apprend, surotut quand on est critique sur notre société de consommation, un tas de truc à huler de rire, comme l’existence de la crême au points pois noirs, de l’eau oxygénée à boire, de la lessive en forme de petit enfant, de PQ spécial enfant (??????), de l’eau spécial chat (on va de charybde en scylla…), ou encore le financement par MacDo des récompenses scolaires accordées aux enfants à l’école (on y est là… enfin rassurez-vous c’est aux states)

L’auteure, outre son avis caustique, nous livre les secrets des dossiers de presse, qui frisent le ridicule. On savait déjà que les publicitaires prenaient un peu des gens pour des cons, on peut se demander maintenant si ce ne sont pas des extraterrestres. Ah ça vaut le coup d’oeil !

J’ai pesté, vous êtes au courant, sur les automobilistes qui ont un comportement plutôt proche de celui du joueur de flipper sur la route avec les vélos (et donc moi).

Force est de constater, et j’en suis ravie, qu’à force de me voir tous les jours depuis 2-3 ans, ils en viennent à faire vraiment attention à moi et avoir un comportement civilisé et sans danger pour moi. C’est sûr que c’est beaucoup plus difficile pour sa conscience de manquer shooter quelqu’un qu’on connait de vue…

J’en demande peut-être beaucoup, mais j’espère qu’ils font aussi attention aux autres cyclistes à d’autres heures du jour et le we et d’autres trajets.

ça faisait de loooooooooogs mois que je voulais faire cette note, justice est rendue.

enfin, j’ai encore pas mal de sujets d’énervement sur la route à vélo hein mais plutôt que par jour ça se compte maintenant par semaine et sur les doigts d’une main.

(élu l’article le plus personnel depuis l’ouverture de mon premier blog)

Allez pas croire que c’est l’histoire des bonnes résolutions qui me tiraille et qui m’accule à me lancer dans ce grand instant de rétrospection. D’ailleurs, dites-vous bien que si je ne m’en trouvais pas vraiment très agacée et que je m’érigeais pas parfois en idée de modèle dans ce blog (bien que loin de moi l’idée de me vanter, je suis plutôt du genre chacun chez soi et les vaches seront bien gardées…), je garderais ça pour moi hein.

Bref,  j’en viens à l’objet de mon agacement envers moi-même (il y en a en fait de nombreux, mais enfin celui ça est particulièrement au goût du jour). Je me suis trouvée particuièrement nulle ces derniers jours, quand à plusieurs reprises j’aurais dû défendre mes valeurs et que je l’ai pas fait. Autant ça ne me pose aucun problème quand je suis face à un truc un peu virtuel (un écran, une administration, etc…) mais dès que je suis en face à face réel, ça devient d’un compliqué. Pourtant, je me défends très bien quand il s’agit de ma petite personne (réclamer une augmentation, ou me battre avec l’anpe par exemple).

Ah ? vous voulez des exemples ? Ben tiens, 5 dans la simple journée d’hier. Je vais vous ménager et aller crescendo hein.

*au marché. ça fait 15 fois que je veux demander à notre maraîcher si il voudrait bien par hasard m’embaucher, alors que je ne connais rien à rien en potageries, mais ça me serait fort utile (du moins je l’espère). Évidemment, je lui ai toujours pas demandé.

**Je veux également demander au boucher si il fabrique lui même sa charcuterie et où il se fournit (à proximité ou non ?). Je sais grâce à Fred qu’il fabrique la plupart de ce qu’il vend mais on sait toujours pas d’où ça vient. Bien sûr, ça nous intéresse puisque dans notre démarche d' »écolo » (qui ne nous coûte rien hein, on ne se sent pas en pleine révolution ou en plein bouleversement) il est fort probable qu’on choisirait ce qu’on lui achète en fonction de ses réponses. Et puis l’idéal serait de discuter avec lui si le bât blesse pour lui exposer nos arguments. Bien sûr, c’est exactement pour cette raison que je n’ose pas lui demander. Fred est beaucoup plus doué que moi pour faire ce genre de conversation. Ma méthode à moi serait plutôt de dire : voilà comment je fais, et pour telles et telles raisons. Maintenant à vous de choisir si vous devez changer vos habitudes (mais c’est tellement évident que mes raisons sont excellentes que vous devriez vous empressez de changer  ;-)). Mais bon, il serait bien que j’y arrive. C’est bien joli d’avoir de grandes idées pour changer le monde, mais encore faut-il se donner les moyens !!!

***Dans le même ordre d’idée, j’aimerais demander à la boulangère si il est possible qu’ils fassent du pain bio. Ben j’ose pas. Pourtant, j’irais quand même là-bas si elle me répondait non. Je m’imagine pas lui demander sans que ça ait des conséquences désagréables genre, la conversation va devoir se poursuivre, ça va faire des histoires tout ça… (on se demande bien pourquoi).

Pour ces trois premiers, ce sont des gens que j’aime bien et peut être qu’une des raisons qui me rendent si consensuellement et de façon tout à fait opportune si timide, est que j’ai peur de les froisser. Ce qui est complètment stupide bien entendu.

****Les personnes qui rentrent à notre adresse alors qu’ils n’ont pas à y entrer sans qu’on (nous ou d’autre habitants) les y invitons et qui profitent que quelqu’un entre ou sorte pour entrer. Je l’ai vu venir gros comme une maison hier en arrivant près de chez moi. Je me suis d’abord dit ‘bon je vais
lui demander de sonner chez la personne qu’il veut visiter si il veut rentrer’ puis il s’est mis à téléphoner alors je me suis dit ‘merde, je peux rien lui dire du coup’ (mais qu’est ce qui est le plus irrespectueux, interrompre une conversation téléphonique ou rentrer chez quelqu’un sans y être invité ?), et puis du coup qu’il s’éloignait un peu j’ai esperé agir assez vite pour pas qu’il ai le temps d’entrer derrière moi. Évidemment ça s’est pas passé comme ça….

*****Le problème des portes de magasins ouvertes en plein hiver (parait que ça attire le challand). … Jusque-là, je me contentais de boycotter, sans faire d’esclandre (ce qui est en pure perte, mais ça me donnait un sembant de bonne conscience), mais là il fallait absolument des croquettes pour Lilouchka. Ben j’ai bien été obligée d’y entrer. Ca m’a complètement morfondue, j’aurais voulu dire quelque chose, leur faire remarquer à quel point cétait stupide, et la planète etc… Mais j’ai pas pu. Ca m’a foutu en rogne.

Je crois que je suis trop bien élevée. Trop polie, tout ça. J’atteins pas le niveau de ma grand-mère, heureusement, mais je trouve que c’est pas  forcément un service rendu…

Aujourd’hui, je suis pas sortie, ça m’a évité toute torture mentale ;-)

En quelques mots et quelques aperçus :

Plus de plafond :

on voit bien ici l’isolation en chanvre.

Salle de bain avec vu sur l’entrée et la chambre (et vice versa) :

Des forcats pour monter les nouvelles poutres :


Et du coup une nouvelle structure :



jan 282007

John, bientôt 30 ans, anglais de son état, a réussi il y a 10 min. sa première bulle de chewing gum (bubble-gum comme y disent là-bas).
ah ! on sait s’amuser ici.

jan 222007

Un type au téléphone devant le tribunal :

« Ben tu vois moi je suis obligé d’être plus chaleureux avec mes supérieurs, enfin c’est mon rôle qui veut ça hein, qu’avec mes euh, mes subalternes »

Qu’est ce qui peut jusitifer ce genre de réflexion, et d’attitude ?

Lu dans le « charlie » de cette semaine :

« Ce jour nous sommes témoins d’un acte de vandalisme sur un puits d’eau potable dans le secteur de Tagounite. Lors d’une émission de reportage sur le rallye Dakar, 29ème édition, nous avons été horrifiés de voir un concurrent commettre le délit décrit ci-dessous. Nous exigeons d’Amaury Sport Organisation représenté par son directeur Étienne Lavigne, un nettoyage du puits pollué ainsi qu’un dédommagement du préjudice causé aux populations locales.
Reportage vidéo du Dakar, France 2, 18h30, le 9 janvier 2007.
Image du jour au journal télévisé de  heures sur France 2 ce même jour. »

« Problème d’embrayage pour Peterhansel (reportage en direct de France 2), Mitsubishi. Pointé deuxième au CP2 à 45 » du leader, Stéphane Peterhansel a été victime d’une panne d’embrayage sur le dernier secteur de la spéciale. Dans les environs de Tagounite, nous pouvons le voir, en flagrant délit de pollution, refroidissant le mécanisme d’embrayage dans l’abreuvoir du puits rempli d’eau claire (pollution à vie par les huiles et l’amiante du disque). Dans cette zone, l’eau est un produit précieux que l’homme économise au quotidien. Il est inadmissible qu’un chauffard hors la loi, paniqué de perdre sa place au classement, se donne le droit de polluer un point d’eau vital aux bergers et aux habitants locaux. Ce geste irresponsable mérite l’exclusion de la course du concurrent, qui dit faire un action « humanitaire » sur le sol africain.

Lorsque le directeur d’Amaury Sport Organisation, Étienne Lavigne, prétend, soutenu en cela par France Télévisions, faire des actions humanitaires sur le sol africain, nous avons sous nos yeux la preuve de la considération apportée aux pays traversés. »

Le CAVAD (Collectif actions pour les victimes anonymes du Dakar)

jan 172007

Je suis totale fane de radis et surtout de cette chanson de Moriarty depuis que je l’ai entendue sur les ondes la semaine dernière. Il faut absolument que je m’offre (ou quelqu’un d’autre hein, je suis pas difficile) leur album pour vérifier que tout y est aussi bien ;-)


Jimmy

Jimmy won’t you please come home where the grass is green and the buffaloes roam

Come see Jimmy your uncle Jim

Your auntie Jimmie and your cousin Jim

Come home Jimmy because you need a bath

And your grandpa Jimmy is still gone daft

Now there’s buffalo Jim and buffalo Jim

And Jim buffalo now didn’t you know

Jim Jim Jimmy it’s your last cigarette

But there’s buffalo piss and it’s all kind of wet

Jambo Jimmy you’d better hold your nose

All roads lead to roam with the buffaloes


(R) Buffaloes used to say be proud of your name

Buffaloes used to say be what you are

Buffaloes used to say roam where you roam

Buffaloes used to say do what you do

If you remember you’re (unkown / a gnome / a Noam)

Buffaloland will be your home


Well you’ve gotta have a wash but you can’t clean your name

You’re now called Jimmy you’ll be Jimmy just the same

The keys are in a bag in a chest by the door

One of Jimmy’s friends has taken the floor

Jimmy won’t you please come home where the grass is green and the buffaloes roam

Dear old Jimmy you’ve forgotten you’re young but you can’t ignore the buffalo song


Jimmy in live, où tout le monde se bat pour le micro.

Leur site c’est ici

Cette année, avec les travaux et mes problèmes de tendons, j’ai pas fabriqué mes cadeaux. Mais je me
suis quand même fait bien plaisir à fabriquer des cartes personnalisées pour ceux qui me sont chers :


© 2010 Pikpusseries Images et textes sont la propriété de l'auteur. Merci de me contacter pour tout usage Suffusion WordPress theme by Sayontan Sinha