Mai 132009
 

(ça faisait longtemps)
Aujourd’hui, de retour de l’école, en voiture (oui c’est mal), je trouve à me garer miraculeusement dans notre bout de rue, dans laquelle il n’y a que deux places autorisées, et qui était à cette heure complètement vide (il faut dire que la fourrière est passée hier…).
Une jeune fille me suivait et se gare également derrière moi. ça me parait logique, je suis sur la place la plus près de chez moi (hey ! quand on commence la journée -huuuumm la semaine devrais-je dire- faignasse, on la fini faignasse), et la seconde est 3m derrière, et puis, là, j’hallucine total, vu qu’en fait elle se gare juuuuuuuuuuuste derrière moi (le pire est qu’elle a dû trouver ça malin), devant une porte d’entrée de maison qui indique bien, comme sur la notre, et comme d’ailleurs les bandes jaunes sur le trottoir, que c’est strictement  interdit.
En sortant de la voiture, je l’interpelle, et lui fait remarquer qu’il y a une vraie place autorisée juste derrière, que ça serait mieux qu’elle s’y gare, que ça éviterait de gêner les habitants (on peut pas sortir de chez nous avec les vélos, poussettes etc… quand une voiture est garée devant).
Elle me regarde, interdite “pourquoi, là on a pas le droit de se garer ?”
Bon là ça m’a un peu agacée déjà, je l’avoue, parce qu’il me semble que le fait que ça gêne les riverains devait être une raison suffisante.
“Oui, les bandes jaunes c’est pour dire que c’est interdit de stationner”
“QUOI ? mais alors ça veut dire que tout le reste de la rue c’est interdit de se garer”
(et oui cocotte, bienvenue dans le monde des gens qui connaissent le code de la route…).
“Oui, effectivement, c’est le code de la route”.

Elle fait mine de s’en foutre et de partir. Je lui fait remarquer que quand même elle pourrait prendre la peine de se déplacer.
“Oui ben hein, c’est déjà tellement compliqué de se garer ici”.
Je vais pour lui faire ma morale sur le stationnement dans le quartier (je sais pertinemment que si on prend la peine de se garer correctement c’est possible, même si il faut parfois marcher ensuite 5 min.), et puis finalement, je me ravise et dit juste :
“Oui mais là justement vous avez la place, y’a une vraie place derrière et vous n’avez juste qu’à reculer”.
Et je fini ma phrase alors qu’elle se dirige vers sa voiture (victoire) “si vous deviez sortir tous les jours de chez vous avec une poussette et que vous en étiez empêchée par une voiture, peut-être que vous comprendriez”.
“Ouais bon ça va”, qu’elle s’énerve, “pas la peine de m’agresser là, je vais changer de place”
(alors là ça m’a HYPER vexée parce que j’étais pas DU TOUT agressive).
“Déjà qu’on peut pas se garer devant cette porte”, qu’elle dit en indiquant la notre.
“Bon là c’est vous qui êtes vraiment de mauvaise foi, je vous agresse pas du tout”.

La conversation s’arrête un instant là, puisqu’elle rentre dans sa voiture et que ayant atteint mon but, je n’avais plus rien à lui dire, quand elle sort la tête pour m’asséner l’argument fatal en indiquant l’endroit qu’elle était en train de quitter :
“oui et ben, comme ça, maintenant, y’a quelqu’un qui va pouvoir se mettre là”.

  3 Responses to “Une nouvelle aventure”

  1. tsss le truc de fin qui sert trop à rien juste pour avoir le dernier mot débile !

  2. Elle avait son permis ? oO

  3. je pense qu’on ne se doute pas du nombre ÉNORME  de gens qui connaissent pas le code de la route…

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)

%d blogueurs aiment cette page :