Mai 152006
 

C’est bien beau de faire style ‘je suis à fond dans les trucs alternatifs etc…’ mais il vaut mieux apporter des preuves
concrètes. Voici ce que je/nous faisons au quotidien qui demande peu d’effort et dénote néanmoins un rythme de vie, des idéaux pas très communs. Pas de grand engagements associatifs (voire aucun ou alors c’est épisodique) mais un style de vie qu’on peut avoir le mérite d’assumer et de mettre en conformité avec nos opinions :

pas de télé. Mais on écoute beaucoup la radio et on lit des journaux/magazines. Cela nous laisse énormément de temps pour faire un tas d’autre trucs beaucoup plus interessants : rencontrer des gens, faire du sport, de la musique, des bricolages, inviter des gens chez nous, préparer à manger, lire, lire, lire, discuter. Aucun manque à par peut-être quand je suis fatiguée et que j’aimerais faire la sieste devant ‘derrick’ 🙂 . Cela dit en ce qui me concerne je n’ai jamais beaucoup regardé la télé en partie parce qu’on avait ‘pas le droit’ et aussi parce que je me suis toujours ennuyée devant. Quand je vois à l’occasion les journaux télévisés, je suis outrée et choquée du traitement qui est fait de l’information et des choix de lignes éditoriales.

on mange, dans la mesure du possible, Bio ou local. C’est à dire aussi qu’à l’occasion de we on en profite pour acheter sur place des produits locaux (surtout en ce qui concerne le fromage), et que recevoir des gens à la maison est aussi l’occasion de se faire ramener des produits ‘du terroir’. Il est vrai qu’on peut manger bio à des prix équivalent que le non bio dégueu du supermarché parce qu’on a ici un système de coopérative bio. Le fait que ce soit des productions locale et de saison permet de manger des fruits et légumes qui ont très bon goût, mais également d’apprendre à cuisiner des choses dont on a pas l’habitude. En RP, un sytème de paniers bio permet d’avoir de quoi manger bon
et beau à des prix tout à fait raisonnables.

on utilise des produits ménager ‘bio’. Pas parce que c’est labellisé bio mais parce que c’est ce qui est le plus recyclable et sans danger pour l’environnement. Le truc le mieux c’est la noix de lavage pour la lessive. J’en suis tellement contente que je donne toutes les infos sur l’utilisation et les utilisations de ce procédé à qui veut !

Déplacements quotidiens à vélo qu’il pleuve, vente ou neige. De moins en moins d’occasions de se déplacer en voiture (on a dû diminuer par deux nos km annuels en 4 ans, alors qu’à l’époque on allait déjà au boulot à vélo) sauf une fois sur deux ou trois pour les courses, et les we. Même les activités loin et tard le soir, je fais du co-voiturage et ne prend ma voiture qu’une fois sur trois. et ça c’est bien ! Le projet est de ne pas racheter de voiture et circuler ensuite en train. On se fera des we plus longs !

achat de produit manufacturés d’origine connue. autant que faire ce peut car cela reste malgré tout difficile et compliqué de savoir exactement ou et dans quelles conditions ont été fabriqués les objets/vêtements. De plus se vêtir ‘éhtique’ ou 100% français est vite hors de prix. Ou plutot disons que les salaires moyens ne permettent pas de le faire. Enfin on a quand même un tas de trucs pas cher dont on se doute de l’origine douteuse, des fringues à 2 francs qu’on trouve jolies (surtout moi) ou de chaussures de sport dont on peut être pratiquement sûrs de l’origine garantie esclavage moderne.

alimentation à base de produits de base. c’est nous qu’on l’a fait c’est pas l’usine. et on fait nos propres yaourts.

choix de produits manufacturé les moins emballés possible. là aussi c’est pas toujours évident entre autres parce qu’aller chez le petit commerçant du marché perpetuel d’à côté pour acheter son beurre à la coupe, c’est cher !

choix de matériaux sains : avec l’achat d’un appart’ et des travaux à faire on va se faire plaisir à utiliser des matériaux sains : laine de chanvre pour l’isolation, peintures écolo sur les murs. Il a fallu faire un choix car là encore on ne peux financièrement pas se permettre de ne prendre que ‘bio’.

innovation de l’été : utilisation de la douche solaire. on rempli d’eau froide le matin au soleil toute la journée et de quoi faire la vaisselle et la douche à 35°.

bien sûr, le tri, et ce bien que notre quartier exige qu’il se fasse en apport volontaire (il suffit pas de le mettre devant notre porte mais il faut trouver une borne de tri et l’y amener). Mais aussi le compost, qui est refourgué à quelqu’un que ça interesse. La litière est également recyclée, pour remblais argileux chez des personnes qui ont un sol trop sablonneux. Mais j’avoue que c’est pas moi qui m’en occupe et que je ne le ferais pas toute seule.

on offre volontiers le gite et le couvert même à des inconnus. c’est souvent fatigant (comme aujourd’hui par exemple) mais enrichissant. et puis on est quand même un peu timide alors ça fait pas de mal.

élaboration d’un projet d’avenir d’autosuffisance. en gros on va faire une communauté familiale et jouer les hippies. ‘the village green preservation society’ ça s’appelera. ENR, autoproduction alimentaire végétale et animale en espèrant accéder à l’autosuffisance, trucs divers et variés… On se prépare… c’est bien.

Je pense avoir oublié des trucs mais il reste surtout des progrès à faire. Nous progressons régulièrement…

ps : euh, oui je sais c’est un blog sans pub mais là mes liens donnent des infos non négligeables. Cela permet à qui veux de se renseigner et grâce à notre ami G…. de chercher éventuellement ailleurs des produits/offres similaire qui lui conviennent mieux.

  22 Responses to “Les trucs concrets”

  1. Moi quand je serais riche et que j’aurais ma propre maison je ferais pareil que ma soeur.

    C’est marrant, ce WE on a une discussion houleuse avec C sur le bio et l’équitable où moi je disais que c’était pas évident parce que souvent cher et que du coup les gens se ruaient chez les supermarchés du style N&D dont je trouve perso la politique hypocrite.

  2. “the village green preservation society”

    AHAHA

    c’est drôle.enfin, pas en soi, mais quand même.

  3. sur NetD je suis d’accord avec toi. ils ont cependant le mérite de proposer des articles equitables et/ou bio. même si c’est commercial, ça peut permettre d’amener certaines personnes à consommer différent.

    pour la plupart des produts ‘bio’ je suis d’accord avec toi que le prix n’est pas attractif et que même quand ça relève d’un choix de vie et que tu es prêt à certains ‘sacrifices’ pour l’assumer tu ne peux pas forcément te permettre. Pour ce qui est des fruits et légumes, en revanche ça n’est plus vrai. le système de panier bio ou assimilé est assez largement répandu.

    moi je trouve ça génial comme nom. Pour l’origine du nom,  pour la façon dont je l’ai trouvé et que ça a branché ma soeur et aussi parce que au sens littéral c’est ridicule.  

     

  4. On est d’accord, c’est génial parce que ridicule. :p

    par contre je trouve ça naze, pourquoi c’est anglais? La France aux français nom d’une pipe !

  5. parce que c’est the kinks

    et pis c’est un peu comme utiliser des mots que personne comprend comme superfetatoire, ça impressionne.

    “la france aux français et jeanne aux anglais!!”

  6. Ah bah si c’est the Kinks j’abandonne, tu m’as bien eu. Mais bon à ce compte là t’appelais ça Shangri-La et c’était réglé, tu récupérais toute la population bab’ qui reste de 69.

     

  7. ouais mais là non.

    mais shangri-la c’est vrai c’est sympa.

    sunny afternoon aussi remarque, et puis c’est bucolique.

  8. Et puis t’as eu du bol : t’aurais pu être fan de Florent Pagny, imagine !

  9. hum rigole pas. j’en connais qui le sont peut-être… tu vas voir qu’on va se retrouver avec ‘ma liberté de chanter’ ou je ne sais quelle connerie ! ma liberté de chanter au fond du le puit oué ….

  10. heu je sais pas de qui tu parles mais Florent Pagny faut peut etre pas exagerer !!!

  11. ouf… sauvée, mes sources m’affirment que non, quand même florant pagny faut pas exagérer c’est trop nul

  12. Un bémol aux noix de lavage, c’est qu’elles viennent d’Inde ou du Népal si mes renseignements sont exacts….

  13. oui c’est vrai elles viennent d’Inde. C’est vrai que la distance à parcourir en fait un produit pas très écolo.

    Cela dit, pour celle que l’on ahcètent du moins on s’est assuré qu’elles étaient ramassé dans des conditions normale et que la culture des arbres était correcte (replantation…). On espère trouver un jour une graine oubliée pour en replanter chez nous …

    et il faut pas se leurrer, les composant des lessive classiques doivent faire pas mal de voyages aussi…. 

  14. na !

  15. On devrait pouvoir en trouver qui viennent de Méditerranée puisqu’il y a été acclimaté…?  Ca ferait déjà bien moins loin !
    http://www.noix-de-lavage.com/noix-de-lavage/provenance.htm
    Pour en planter, prends-y toi à temps ^^

  16. bof 10 ans ça passe vite 🙂

    je ferais encore plus attention la prochaine fois qu’on en achetera (enfin là avec un kilo on en a encore pour d’un an !). Sur les sites en lien, il n’y a pas indiqué la provenance des noix. je vais regarder ce soir sur mon paquet on sait jamais.

  17. En tous cas ça m’a donné envie d’essayer, je ne connaissais pas 🙂
    J’espère que j’arriverai à trouver ça ici…

  18. oué ben moi ça m’a completement perturbé cette histoire de provenance. et puis j’ai regardé, elles viennent bien d’inde donc dépense énergétique, et j’ai cherché pas trouvé des cultivées ici…
    du coup je me remets pas mal en question et me demande, dans un souci de cohérence si il vaut mieux pas laisser tomber les noix de lavage et passe au savon de marseille. pareil pour le hénné par exemple qui vient pas d’ici même si il m’est ramené par un collègue. ou pour tous les produit de beauté ‘orientaux’ que j’utilise qui conviennent si bien à ma peau difficile et pour lesquelles je n’ai pas de fornisseur attitré là par contre…
    bon merci d’avoir soulevé ce point délicat. je vais tâcher d’y refléchir.

    je pense que tu en trouveras facilement dans les magasins bio. sinon vente par internet. pour info environ 10€ les 500g, 17€ le kilo (te fais pas avoir non plus c’est quand même pas mal à la mode). Quand t’en auras acheté, je te dirais mes recettes si tu veux.

  19. La cohérence est un exercice **extrêmement** difficile, il y aura toujours quelque chose auquel on n’aura pas pensé… Et il y a toujours l’antagonisme entre aider les populations de là-bas en leur achetant des productions locales et essayer de relocaliser l’économie pour contrer les absurdités actuelles (voir le blog de José pour des exemples). Franchement ça n’a rien d’évident de choisir. Il faudrait chiffrer les pollutions respectives des noix de lavage et du savon de marseille (fabrication, emballage, transport, déchets…), ainsi que leurs bénéfices pour l’environnement.
    Bonne chance pour essayer de rassembler des données fiables sur tous ces sujets, c’est à peu près mission impossible !! De plus le coût en énergie ne détermine pas univoquement la pollution générée car l’énergie utilisée n’a pas forcément la même provenance. Si ça se trouve, malgré le trajet en avion, ce sont les noix qui nécessitent le moindre coût énergétique. C’est très frustrant d’avouer son ignorance mais je ne vois pas comment on pourrait avoir une certitude à ce sujet.

  20. voilà tu as très bien expliqué le paradoxe éternel de l’utilisation de produits naturels et/ou du commerce équitable. disons qu’en âme et consience on peut acheter équitable pour les produits qu’on ne peux trouver en local, en s’assurant dans la mesure du possible qu’il n’y a pas de solution locale alternative et que les conditions de fabrication, emballage, transport, sont honnêtes. Quand même je vais reflechir et me renseigner mieux désormais. Surement que je peux encore changer/améliorer  ma consommation. à terme j’aimerais savoir faire qq trucs moi même à base de plantes d’ici mais c’est compliqué ça !

    j’admire ta formulation. pourquoi je sais pas écrire comme ça moi ?

     

  21. DdC >> un lien pour le blog de josé ?

  22. J’ai trouvé d’autres personnes qui se sont posé des questions et ont tenté d’y répondre. Voir notamment ici, c’est assez complet :
    http://raffa.over-blog.com/article-1024645-6.html

    Il y a aussi le point de vue bactériologique qui me perturbe un peu et qui n’est abordé nulle part (pas encore trouvé, du moins !).

    Pour José, c’est http://carnetsdenuit.typepad.com/

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)

%d blogueurs aiment cette page :