Août 082015
 

PiliPili la petite tourterelle passait une vie plutôt tranquille dans sa cage.

150805-2

On se posait quand même pas mal de question, pour pouvoir lui rendre sa liberté dès qu’elle serait en mesure de voler, d’être autonome et de ne pas se laisser avoir par un chat. Notamment, va-t-elle savoir voler, quand va-t-elle pouvoir arrêter le porridge et passer au grain, faut-il lui donner du sable ou des graviers pour cela, …

On lui avait fait quelques menus aménagements pour qu’elle fasse un peu d’exercice et qu’elle se nettoie (en vain pour le nettoyage je crains).

Et puis tout à coup….

Tout à coup…

TOUT À COUP !!!!

Et hier, après 11 jours à continuer à grandir, voilà qu’elle s’est envolée ! Quand j’ai ouvert sa cage pour lui donner à manger, elle a d’abord reculé tout au fond comme elle faisait à chaque fois, mais c’était en fait pour prendre son élan et s’envoler !

Un beau vol jusqu’au chêne d’où elle venait probablement

150806-2depuis la cage, vu sur le chêne, quand même assez loin pour un machin qui ne savait pas voler 10 jours avant

150806-1

PiliPili dans son chêne. Saurez vous le trouver ?

Juil 262015
 

Hier, je suis tombée nez à nez avec une petite tourterelle qui gisait dans l’herbe. Pas capable encore de voler malgré ses efforts pour s’échapper loin de moi.

Je l’ai mise à l’abri des chats dans un clapier en attendant de savoir quoi en faire.

Voici PiliPili : IMG_7755

IMG_7758

 

Je pense qu’elle est tombée d’un arbre à cause du vent. J’ai bien regardé si je voyais le nid et/ou les parents mais ni l’un ni l’autre et ces derniers ne sont pas venus la réclamer.

Hier dans la précipitation, on lui a mis juste de la paille, du grain concassé et de l’eau mais elle n’a rien mangé apparement.

Aujourd’hui, j’ai donc cherché quelques renseignements pour m’occuper d’elle. D’après son aspect elle devrait avoir à peu près 1 mois.

Je lui ai donc préparé une bouillie de flocons d’avoine et avait même cherché comment lui donner la becquée (ça consiste à lui entourer le bec avec une bague en plastique pour déclencher l’ouverture de son bec comme quand elle va chercher à manger dans le bec de sa mère), mais en fait je n’ai pas eu besoin, elle sait déjà manger toute seule (TANT MIEUX !). Il a quand même fallu que je la force que pour ça se mette en route et c’est pas très très synchro, mais elle se nourrit, c’est l’essentiel.

Ensuite à boire…
Déposer un goutte sur son bec suffit pour qu’elle l’absorbe. Bon, c’est du goutte à goutte du coup, c’est un peu long.

3 cuillères de porridge, c’est fatigant 😉 (et salissant, j’ai dû la nettoyer)

IMG_7768

Me voilà bonne pour la nourrir pendant quelques jours, et plusieurs fois par jours !

Juin 202015
 

C’est quand les hannetons sortent de terre pour s’envoler (merci à mon cousin pour la leçon d’entomologie).

On a vu une multitude de trous se former jeudi, et les premiers hannetons volants autour du bouleau (ils sont toujours là) hier soir.

IMG_7532

hanneton de la St Jean (Amphimalion solstitialis), à l’heure du solstice ou presque, c’est génial.

(il n’a pas vraiment été maltraité hein, mais il me fallait VRAIMENT étudier d’où venait cette légende urbaine du hanneton râleur)

 eh bien, c’est clair, les hannetons, faut pas les chercher. à la fin, sinon, tu te prends une bonne roustre.

Jan 012014
 
Déc 302013
 

Pour sa santé, mais aussi pour l’écologie, voilà de quoi étayer l’article de Damo.

Voici grâce à la Hulotte un rappel sur les conséquences de l’utilisation des pesticides sur l’écologie (pyramide de gauche) ou sur notre santé (pyramide de droite et p. 42) (qui date quand même du numéro 45 en 1980 donc, rien de nouveau, hein).  En dessin et qui, à mon avis, est un excellent résumé qui n’appelle aucun consensus (d’ailleurs, je ne vois même pas la peine de commenter, tout y est).

(cliquez sur les images pour voir en grand)
crédits : © Pierre Déom – www.lahulotte.fr

crédits : © Pierre Déom – www.lahulotte.fr

Dans ces numéros sur les faucons pélerins (dont la population a heureusement remontée depuis les années 80), on découvre aussi pourquoi il y a tellement d’étourneau qui enquiquinent certains agriculteurs et notamment dans la Sarthe : tout simplement parce que les pesticides utilisés par ces mêmes agriculteurs (enfin, on peut espérer que ce soit les mêmes qui soient la cause et subissent les effets -nous par exemple, on n’a pas d’étourneau ; mais quelques rapaces-) ont tué les faucons qui régulaient la population d’étourneau. Il y aurait une bonne vieille doctrine populaire à inventer parce que ce schéma est hélas valable pour pas mal de prédateurs naturels.

Grand merci à La Hulotte qui m’a permis par la voix d’Aurélie de scanner et utiliser ces images. Il est toujours temps de s’abonner ou abonner quelqu’un à la hulotte, le journal le plus lu dans les terriers. Non seulement ça ouvre à la nature mais aussi à l’art avec les superbes dessins de Pierre Déom. 

Sep 232013
 

Grâce à La Hulotte, le journal le plus lu à la ferme cet été (bon, nan ok, en fait, c’est vrai, y’avait aussi closer), on sait tout sur les frelons et notamment qu’il n’y a pas grand chose à craindre d’eux tant qu’on est à plus de 5m du nid, et même plus près que ça si on se tient tranquille.

Et ça tombe bien vu qu’il y a un nid ÉNORME dans l’atelier qui jouxte la maison et qu’ils font quelques incursions dans la maison de temps en temps.

Forte d’une bonne dose de courage (pour monter sur l’escabeau faire la photo, j’ai plus peur du vertige que des frelons), j’ai pris quelques photos ce matin.

Pourquoi le matin ? Parce que quand il fait frais ou trop chaud, les frelons sont soit engourdis, soit trop occupés à ventiler le nid pour se préoccuper d’autre chose.

IMG_3351le nid dans son environnement

IMG_3348le nid de près : c’est quand même très beau, techniquement (bon la couleur laisse à désirer) (j’ai fait un zoom hein, je me suis pas mise sous le nid) : “les larves qui ne sont plus nourries tombent des alvéoles ; en période d’expansion, le nid est nettoyé en permanence par les ouvrières.” (in La Hulotte)

À cette heure-là (17°), ça s’active pas trop. Dommage parce du coup on entend pas le “fort” bruit qu’ils font quand ils volent (et qu’ils se cognent) :

Je pourrais disserter des heures sur les frelons, mais la hulotte fait ça mieux que moi alors les grandes lignes :

  1. restez calmes et vous pourrez approcher assez près du nid,
  2. ne pas secouer le nid (faudrait être bête quand même), ce qui veut dire ne pas le détruire héhé,
  3. ne pas rester devant l’entrée du nid (c’est comme tout le monde, ça a un espace intime un frelon),
  4. ne pas s’agiter,
  5. pas de parfum et pas de sueur (ce qui pourrait expliquer ceci)
  6. pas de gaz carbonique (quand on souffle dessus par exemple) sinon vous êtes détectés,
  7. ne pas tuer un frelon (ils sont bons potes entre eux).

 

Si vous êtes poursuivi, un petit sprint de 60m vous permettra de sortir de la zone. Ils sont pas agressifs ni rancuniers visiblement (ou alors ils ont autre chose à faire).

La piqûre fait mal mais n’est pas plus dangereuse que celle des guêpes et abeilles (faut y être allergique quoi), et il y a moins de décès dûs aux frelons qu’aux deux autres (je le répète il faut pour que ce soit dangereux, être allergique).

 

Nan, mais on n’en parle pas, mais le problème, c’est l’ODEUR !!! Il faut se rappeler l’odeur de la cage aux fauves des cirques, ben c’est la même et qui porte aussi loin ! Ils squattent l’atelier qui est une partie de notre maison depuis juillet, et depuis une semaine ça sent fortement à 5m à la ronde, puis 10m depuis hier ; mais surtout aussi dans certaines parties de la maison.

Pourquoi ça sent ?

PARCE QUE !!!  :

IMG_3352une belle flaque de caca de frelon et de frelons morts, et de toutes sortes de déchets du nid qui, lui, reste nickel (ce qui ne va pas aller en s’arrangeant vu qu’ils vont commencer à tous mourir)

Le frelon se nourrit d’insectes et donc de protéines, tout comme les fauves même si eux c’est avec de la viande d’animaux. C’est pour ça que l’odeur est similaire.

 

On attend (vivement, maintenant que ça pue) fin novembre pour retirer le nid et en placer un petit bout dans un coin qui, l’an prochain, incitera la prochaine reine à faire son nid, de sorte qu’il soit là où on préfèrerait. C’est quand même un bon auxiliaire (ça bouffe les mouches, notamment).

On peut aussi leur construire un nichoir dans lequel ils feront leur nid.

Si vous passez à la ferme, demandez à ce qu’on vous montre le nid !

Si des naturalistes sont intéressés pour récupérer le nid vide, on vous le donne, contactez-nous !

La Hulotte est à recommander vivement à tous à tous les âges. C’est super et superbe.

Fév 182013
 

Contrairement à la taupe, les souris (nom générique hein, je sais bien que c’est sûrement autre chose musaraigne, mulot ou je ne sais quoi) nous donnent du fil à retordre cet hiver ! Après avoir bien descendu ce qui me restait de semences de l’an passé, elle est revenue pendant nos vacances dévoré au nez et à la barbe d’Aline (c’est une expression hein, je sais bien qu’Aline n’a pas de barbe. Par contre elle a bien un nez) et à plusieurs reprises les semences qu’on venait de recevoir (plusieurs milliers d’€uros la commande, quand même).

Bien heureusement, elle n’a pas tout mangé, et, la plupart des paquets étaient sauf. Elle devait avoir sacrément faim pour avoir même réussi à dévorer la boite en plastique contenant les graines de betteraves ! Je peux vous dire ce qu’elle préfère :

  • Pois et haricots, number one !
  • Panais (on en a retrouvé des tas de graines à plus de 10m de la réserve)
  • Betteraves

et donc, maintenant qu’Aline les a semés il y a 10 jours (12 plateaux * 240 mottes * 2 GR, 4 heures de boulot) et qu’ils commençaient à germer, les épinards : (bien que les semis aient été couverts et que Minette dorme dans cette serre, heum) :

 

130218-EpinardsDefonces-1

12 plateaux défoncés, 10 jours de culture perdus + le coût en temps pour re-semer + le coût en semence

130218-EpinardsDefonces-2

ici, on peut voir qu’elle a commencé à attaquer les petits pois disposés pas loin et qu’elle en a rapporté dans les épinards…

Fév 152013
 

Hier matin, quelle surprise de voir pour la première fois de ma vie, une taupe vivante sur le gravier devant la maison !

Krtek-2 (clic pour une autre photo)

Pas l’air trop en forme, malgré un poil en bon état et brillant. Je ne sais pas si ce sont des traces de sang qu’on voit sur son museau. Mais elle n’était pas vaillante et tremblait beaucoup.

J’ai déplacé la pauvrette sur une ancienne taupinière pour qu’elle puisse se mettre à l’abri, mais ça m’a paru bien dur pour elle :

(c’est un “nuisible” mais quand même trop mignon ! -comme les lapins quoi ; c’est à dire que je préfère m’en accommoder-)

Quelques heures plus tard, elle avait quitté ce trou et une nouvelle taupinière était visible 1m plus loin. Plus de trace de taupe. J’espère qu’elle aura pu se mettre à l’abri et se retaper.

EDIT : un article très intéressant et facile à lire sur les taupes. Un indice encore de la nature très pauvre de notre sol : le nombre de taupinières effroyable !

%d blogueurs aiment cette page :