Oct 132008
 

Par contre, la vie en société après un an dans mon coin, bien tranquille, c’est angoissant et frustrant.
Après 4 heures de sociabilisation, j’étais contente que tout le monde se disperse et que je me retrouve seule sous une tonnelle au soleil pour manger mes carottes en lisant un bouquin.
Las…
Ca faisait pas 5 minutes que j’étais peinarde qu’une nuée de moineaux s’est abattue sous ma tonnelle. C’en était fini de la belle tranquilité au profit des convenances et de cette idée débile qu’on doit former un groupe avec une activité sociale conséquence puisqu’on est dans la même classe.

 

  6 Responses to “Antisociale”

  1. “S’en était” ? Ah oui dis donc, la vache, on voit que ça te perturbe beaucoup ! ;-p
    Le comportement grégaire est là pour nous rappeler notre condition animale (et pour nous rappeler que 1+1 < 0,5). N'empêche j'ai été déçue, moi je croyais qu'une vraie nuée de moineaux était venue te faire coucou et te mendier des miettes... bon c'est vrai qu'avec des carottes c'était un peu bizarre, j'admets.

  2. je vois pas du tout de quoi tu parles  :p
    oui hein c’est décevant ! Moi aussi j’aurais préféré des vrais moineaux. Il est vrai que j’ai quand même pu observer un rouge gorge, mais j’ai bien gardé ce petit trésor pour moi.

  3. ah ma pauvre. va falloir que tu t’y habitues. mais tu verras, tu te trouveras ptet une affinité dans le lot et donc si tu restes avec elle, les autres viendront pas vous faire chier. (idée de Ben)

  4. Mouais… ça marche peut être au lycée et au collège ça mais là…
    Non mais les deux autres mecs sinon, ils ont l’air sympa et/ou interessants 

  5. Je vois bien le tableau aussi avec les moineaux et tout et tout. Et puis les souvenirs qui resurgissent à base de programme télé, commentaires d’infos et autre météo. Bon, je sens que je vais rester antisociale et scribouilleuse. Peut-être que je pourrais aider tes carottes à pousser et les tomates à rougir si je leur lis des histoires ?

  6. Naya : hihi… je sais pas pour aujourd’hui, le 2eme jour, parce que pour le coup, j’ai fuit toute la journée (je sais que je pourrais pas décemment le faire tous les jours), mais hier, les conversations étaient potables en fait. ça parlait projets, c’était plutôt interessant. Mais avec des énormes temps de silence entre.
    Aujourd’hui ils ont dû finir d’épuiser le sujet, malheureusement.
    Mais je suis injuste, ce sont des gens interessants il me semble. Même l’insupportable insolent (qui l’était bcp moins aujourd’hui).
    Je vais m’habituer hein, mais cela dit, je préfèrerais quand même toujours regarder pousser mes tomates.

Sorry, the comment form is closed at this time.

%d blogueurs aiment cette page :