Résultats de recherche : il a dit

Juin 192013
 

Le dernier titre de Daft Punk passe à la radio.

Tom commence à se trémousser et à chanter en yaourt (vous moquez pas, faites l’effort de vous souvenir comment vous chantiez anglais à 10 ans) ; et il me sort, très fier :

“Moi j’la connais par coeur”

Puis il entame une espèce de choré.

Me sentant probablement fort dubitative, il s’arrête, devient dédaigneux et continue :

“d’façon, dans la Sarthe, les gens ils écoutent tous la même radio, et ils s passent tout le temps celle-là. Ils n’ont que 5 disques alors…”

Juil 042012
 

Tom, donc, comme d’habitude dans cette rubrique, 9 ans maintenant.

J’étais en train de ramasser des légumes quelque part me semble-t-il et je gardais l’engin pour la journée.

“Tata, ça serait bien que les gens achètent tout au marché”

“Ah ça, tu peux l’dire !”

“Oui parce que que si tu vends rien au marché, tu vas pas pouvoir garder ta ferme”

“…” (mais d’où il sort des déductions pareilles celui-là ? sont-ce des préoccupations d’enfant ?) “Oui, c’est vrai que si ça continue comme ça, ça pourrait se produire”

“Alors que hein ! Toi t’aime ça travailler à la ferme, ça serait trop triste pour toi. En plus tu travailles beaucoup beaucoup, alors ça serait vraiment pas juste”

Déc 022011
 

Au marché, très peu de clients ce soir. Tom était avec nous presque dès le début (la première personne non commerçante à arriver sur les lieux en fait ; et c’était même pas un client !).

Après 10 minutes sans âme qui vive, on se fait la réflexion que l’attente commence à se faire sentir :

“Parce que, Tata, il faut quand même vendre des légumes. Parce que tu travailles tellement, alors, euh, hein, si après tu n’as pas d’argent !!”

(je soupçonne cet enfant de calculer la rentabilité de notre affaire à des fin personnelles)

Jan 072010
 

Tom grandit, et nous offre de moins en moins de perles de langage.
Mais, on a encore quelques bonnes réflexions, il réfléchit beaucoup (trop) cet enfant.

-Tata, moi quand je serais grand, je voudrais travailler de votre ferme. Je pourrais même habiter à côté.

Quelques jours plus tard :

-Tata, moi quand je serais grand, je serais vendeur de produits bio*. Parce que bon, on en cherche toujours et on en trouve jamais**. Ça veut dire qu’il n’y en a pas assez.

-Oui mon chat. Mais tu sais si tu travailles à la ferme, tu vendras des légumes bio, sur le marché, tout ça. Alors tu seras déjà vendeur de légumes bio. C’est déjà pas mal !

-Ouais, c’est vrai t’as raison. Je vendrais les légumes. Et puis, je viendrais travailler à la ferme. Déjà, moi, je vous aide bien au jardin (et c’est vrai). Comme ça, vous pourrez vous reposer. On pourra tous se reposer chacun son tour.

-Comme ça, on habitera tous ensemble.

-Comme ça, j’aurais ma ferme et je vendrais des légumes bio. (pour résumer…)

*ce jour là, il était concentré sur un seul métier. Parce que d’habitude, c’est “je serais militaire, pâtissier, un autre truc je sais plus quoi, et aussi comme maman.”
**il a dit à une autre occasion, quand on était chez ma girly je crois : “tata, il faut lui dire que moi je ne mange que des légumes bio.”

 

%d blogueurs aiment cette page :