Déc 092010
 

Hier soir, elle rentre tranquille chez elle, d’un bled du Val de Marne à un autre bled du Val de Marne (9-4, île de France, France, 15 bornes de Paris, France) à genre, 19:30, quand tout le monde était déjà complètement bloqué sur toutes les routes menant et partant de Paris à cause de la neige.

Toute guillerette, elle m’annonce qu’elle est bien rentrée, que mari et enfants sont eux, bloqués depuis 13:30 quelque part entre l’Essonne et le Val de Marne (le but de cette expédition familiale étant le Père Noël du travail, qu’ils n’ont jamais atteint, comme à n’en pas douter ce dernier, sinon, y’a pas d’justice).

J’la connais c’te lascar, je sais bien qu’elle se la pète dès qu’il y a de la neige, et qu’elle a même pas peur, free-ride la frangine, même pas de pneu neige.

Et aujourd’hui, qu’est ce qu’elle a rien trouvé que de mieux à faire (remettez les mots dans l’ordre si ça vous plaît pas) ? Malgré l’absolue interdiction par les pouvoirs publics de prendre la voiture sauf en cas d’absolue nécessité ce matin ? Ben, tranquille (enfin, j’espère, mais on en peut rien présumer avec cette kamikaze), elle charge les mômes dans la caisse et roule ma poule, qui à l’école, qui à la maternelle et qui à Ik*a. Ik*a bordel, le jour où c’est tellement l’apocalypse sur les routes qu’on interdit les gens de rouler !

« J’suis arrivée à 10:15, y’avait personne ».

(En plus, je l’imagine trop, mais trop, tranquille, après avoir tout enquillé à la perfection, se garer trop mais trop satisfaite d’elle-même. Je l’entends même chanter pom pom pom….) (Faut savoir le challenge exact quand même : elle n’avait même pas besoin d’y aller, elle y est allée pour moi… Je crois quand même que si il n’y avait pas eu toute cette neige, ça l’aurait fait un peu chier).

Frichi, la meuf, quand elle arrive la place est LIBRE… LIBRE !!! FREE!!! SEULE (A-LONE !) à Ik*a 2 semaines avant Noël. Nan mais, je sais pas si vous imaginez ce truc énorme. Un peu comme quand dans les western, le héros se retrouve seul face au méchant dans les rues désertées et sous le vent de la pampa. Ben Frichi, elle était seul sous la neige face au géant bleu et jaune, et elle a gagné !

Wouhou ! Ca c’est la cerise sur le gâteau : elle a trouvé tout les trucs de sa liste (et même plus mais bon ça s’est une autre histoire) y compris les trucs qui ne se faisaient plus et ceux qui étaient en rupture de stock.

Partie de chez elle à 8:00, retour à 13:00, une trentaine de km en tout, maison / école / école / supermarché / magasin / maison, le lendemain du  pire jour de l’année alors qu’au même moment y’avait des gonzes qui n’était toujours pas arrivés chez eux après être parti la veille à 17:00 du boulot… La tueuse.

*Ouais vous savez, la mère des deux loustics ?

  6 Responses to “Ma soeur cette folle*”

  1. ouais mais t’as vu où elle habitait avant ? c’est de la rigolade les routes ici à côté.

  2. et pi d’abord les pouvoirs publics ben vu les conneries qu’ils débitent à la seconde hein ! j’ai preferé allez chez le geant bleu.
    et pi y avait presque personne, tellement peu, que y avait que deux caisses d’ouvertes et j’ai meme fait la queue !

  3. même PAS tu veux dire

  4. Remarque, c’était quitte ou double…

  5. En fait, vous avez un frère caché qui s’appelle Sébastien Loeb? Ou alors il lui a fait don de son sang?

  6. non non c’est elle qui a tout appris à Sébastien.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)

%d blogueurs aiment cette page :