Juil 262010
 

J’ai oublié de faire le lien sur les derniers articles, au sujet des amap :

un article d’un autre blog à lire

et

un reportage à écouter.

Une mise à jour avec photo, ici.

Lilou m’a fait bien marrer aujourd’hui : elle m’a suivi chez les biquets et est passée, entre deux pulsations électriques, sous le fil de la clôture. Elle a voulu ensuite ressortir, mais là, pas de chance, elle s’est pris un coup de jus (là je me suis marrée).

Panique panique, elle a immédiatement compris que ça allait pas être si simple pour ressortir de là (il y a un fil à 5 cm du sol et le suivant à 30). Mais finalement, après 2 minutes d’observation, elle est passée comme une flèche entre les deux fils sans les toucher et entre deux pulsations (là j’étais trop fière d’elle).

Je ne suis quand même pas sûre qu’elle renouvelle l’exploit de si tôt.

Juil 232010
 

« Tata, quand je serai grand, je viendrai travailler avec vous, comme ça je gagnerais des sous »

« Mais, il vaut mieux faire un travail qui te plait, plutôt qu’un travail pour gagner des sous »

« Ben, j’apprendrai le métier de maraîcher bio, comme ça je travaillerais à la ferme et ça coûtera rien »

« Comment ça, ça coûtera rien ? Pour toi ou pour nous ? »

« Ben ! Pour moi ! Comme tu es ma tata ».

Juil 192010
 

Tom est en vacances chez nous. Comme, bon, quand même, on a pas que ça à faire, il apprend à être un maximum autonome. Le matin, il est sensé se réveiller bien après nous et donc se débrouiller pour prendre son petit déjeuner.

Pratique, comme il sort de CP, je lui laisse un petit mot pour lui dire où nous trouver et deux trois bricoles à faire (« euh, Tata, il faut que je te dise que tu n’as pas bien écris ceci cela, on comprend pas très bien hein »).

Vendredi en rentrant des champs pour déjeuner, quelle ne fut pas ma surprise de trouver sur le frigo un petit mot pour moi :

(bon en fait de surprise, l’autre excité n’avait pas tellement pu tenir sa langue, alors avant même de mettre les pieds dans la maison, je savais quoi devoir trouver)

Devant le succès de son petit mot, il a réitéré pour demander quelques faveurs :  (un peu jaloux qu’une tierce personne encore presqu’enfant vienne filer un coup de main pour préparer les paniers de vendredi soir)

On a atteint ce même jour le point d’orgue avec la confection d’une pancarte pour la vente des fleurs, dont il était chargé sur le marché.

À ce sujet, il devait donc aider Fred à préparer les quelques bouquets de fleurs des champs qu’on tente de vendre chaque vendredi (ça marche pas tellement, alors on se contente de deux bouquets). Il a soudain été pris d’un gros chagrin qu’il a pas voulu expliquer (un peu vaniteux l’gamin non ?). J’ai fini par savoir qu’il était complètement déçu (au point d’avoir une vraie crise de larme complètement bouleversé quand même) d’apprendre qu’ils n’allaient faire que deux bouquets. Et donc qu’il n’allait vendre que deux bouquets. Ca lui paraissait complètement anormal et il s’est senti totalement floué. Aussi parce qu’il avait prévu (unilatéralement) une part du bénéfice de la vente.

Finalement, ils ont fait 4 bouquets; et Tom a tout vendu !

%d blogueurs aiment cette page :